The articles on this blog also appear on
Check out Michael Laxer's new blog The Left Chapter

Monday, December 24, 2012

Happy Xmas. (The war is not over)

As the days shorten with the coming of the holiday season many of us find ourselves more reflective and philosophical about our place in society and the possibility of personal salvation. It is a great time of year, but also a hard one for others as its themes of family and giving bring into focus conflicts with the way we, as a nation, treat some of our own citizens and the sense among so many fellow Canadians that they are powerless to influence even their own lives, let alone the fates of others.

Despite the obvious central message of self-sacrifice that lies at the heart of the story of Jesus, his name is used so often to purvey a message that holds this same selflessness in contempt.

In response to the progress of the '50s, '60s and '70s, the right in North America countered with a clever commingling of "individualism" and its antithesis, social conservatism. A toxic yet highly successful dialectical brew which rewards all forms of self-justification and self-indulgence by disguising them in a cloak of "personal freedom" policed by "family values".

For over 25 years worldwide we have witnessed the massive assault by the right on the post-war social compromise. We have seen the dismantling of social programmes and social safety nets with the active participation of centrist and social democratic parties. We have seen the destruction of the political idea of community and the notion that corporations and the wealthy actually owe something to those that they employ and that they sell products to. We have seen the rush to the bottom where jobs are outsourced and political parties of all stripes participate in the game of cutting services, budgets and taxes. We have watched as the corporations of the West turned from production to speculation, and as the disparity in income increased in lockstep with the cutting of the "tax burden" and the reckless and foolhardy deregulation of the economy and undermining of union rights. When the so-called left has had a chance to undo this... they have more often been partially or fully complicit in its execution. We live in a time where the economic platform of the Trudeau Liberals in the '70s would appear almost unimaginably radical now. And, it was not even radical then.

Meanwhile we are confronted by the problems of climate change, a growing and very real undereducated, volatile and angry permanent underclass, the supposed decline of a middle-class that is now at war with itself and that is often one pay cheque away from destitution and that lives under the stress of terrifying debt, and the death of the traditional working-class in the first world. The stations of social stratification are becoming daily more extreme and more disparate and are aided by the media's gleeful vilification of public sector and union workers.

Buoyed by the seemingly endless prosperity of deregulation and the free market, enabled by the usual pillars of apathy, indifference, and middle-class ignorance, this "vision" of the world has predominated for a quarter century of neo-liberal hegemony.

In the background were its underpinnings. The self-help crazes. The Anthony Robbins. The Dr. Phils. The TV preachers and the millions who sought personal healing and satisfaction in materialism, tokenism and, sometimes, evangelism.

We were told we could build a better life for ourselves and others if we ate well, took vitamins, made donations to acceptable causes, felt bad about suffering while realizing that we could not really do much about it.

Adopt a starving child. The song remains the same.

Above all, accept that things are as they are and that while God wants you to do what you can to love your neighbours he never meant the poor, gays and lesbians, the peoples of the third world or even your friend down the street losing their home.

In fact, it is always tough "love". This rightist brand of theological politics, accepted and embraced by large segments of the non-religious, claims that all suffering is self-inflicted. The poor are lazy. Minorities fail not due to oppression but their own inadequacies. Behind every welfare case is a fraud and a limousine. Unions are expressions of privilege and of elitism.

A world of people accepting no responsibility for their own lack of action.

Where has this led us?

To hundreds of thousands of broken lives, to mass poverty through much of the world, to the soulless pursuit of self advancement, no matter the cost.

We have seen the Gilded Age of massive "economic growth" built on the backs of nominal improved general material prosperity but with huge inequality, social instability, a lack of a proper social safety net, a lack of safeguards over banks and corporations, a reckless speculative economy, and an increasing social incohesion before. And it did not end well.

Hopelessness creates a sense of impending apocalypse in the minds of many and desperation breeds anger and hate. Solutions are often found in violent and totalizing ideological fictions. It is as if we are drawn, as moths to flame, to the social apocalypse itself.

We can, however, give ourselves and others a seasonal gift of real magnitude. We can save lives and make the day-to-day of so many much better. We can seek to find a measure of genuine salvation and an end to inner emptiness.

In the final analysis, we exist only as a reflection of our ability to effect the lives of others, for better or worse, and in our yearning, regardless of class, race, ideology or any other indicator, to be remembered, somehow, even if ephemerally or incidentally, as an agent of something of some significance.

This may be our children, our charitable work, our writings or our art.

It may even, in rare cases, be through what we produce, though most of us get lost in the workings of the wider capitalist machine.

But it will always come out in our actions as members of a broader tapestry, a true coalition, a general sorority and fraternity of people standing together, united yet not identical, and pushing, striving, aching for a better future through the ending of injustices, large and small. It will always surface in the backs of committee rooms, on picket lines, in church hall basements and in the countless courageous and largely forgotten moments of personal sacrifice by so many in so many disparate lands.

From those who will no longer sit on the back of the bus to those who will no longer deny their love. From those who stand down tanks with nothing other than their righteous anger to those who rise up in the face of unacceptable oppression. From those who have all too often died in the realization that they did it out of a love for humanity that stirs us all, to those who live to create a real thousand points of light, the thousand points of light that connect us to each other.

Malcolm X or Joe Hill. Rosa Parks or Oscar Schindler. Bishop Romero or The Bandit Queen. Rosa Luxembourg or Harvey Milk.

Jesus Christ, son of God or not, alone on Golgotha and the crucifix.

Chief Teresa Spence.

They all stand as a tribute to the triumph of the human.

And we all can too.

There is, in fact a road to the real spirit of this season. It is the road of re-engagement in politics. It is the road of expanding one's bubble beyond bank account, job, business or balance sheet. It is the road that turns, at long last, away from the embrace of the individual and toward the pursuit of common goals.

The politics and politicians of today tell you that there are only a very few possible outcomes and that "realism" dictates that essentially all points on the spectrum will bring the same basic result.

But this anti-democratic notion of an inevitable future is not true. And it can be stopped. We can stand up for union rights, worker's rights, social ownership of the means of production, public banks, "economic growth" that include everyone, tax increases to pay for programmes, social inclusion and many of these other ideas...and the proof that we can do so lies in the fact that we have, here and elsewhere, done so in our past.

It is never too late to write the future. And it is never too late to turn the tide.

But if we do not, we need to heed James Baldwin's warning:

God gave Noah the rainbow sign,
No more water, the fire next time!

Saturday, December 15, 2012

Attaque masculiniste contre des féministes de l'Université de Toronto

Translated by fellow activist  Martin Dufresne. It is truly appreciated.  

La Canadian Association for Equality (CAFE) et l’un de ses rejetons dans le mouvement visant à créer des groupes de «sensibilisation aux enjeux masculins» sur les campus du pays sont arrivés à l’Université de Toronto avec grand fracas… et avec une campagne d’intimidation manifeste des personnes qui s’opposent à eux.

La CAFE, comme je l’ai déjà écrit assez longuement en octobre (, est le principal groupe à incarner au Canada le visage public et soi-disant moins extrême du mouvement des «droits des hommes» (aussi appelé masculinisme). Comme je l’ai indiqué dans l’article précédent, ils ont fait du recrutement sur les campus un axe majeur de leur stratégie globale.

Ils ont créé à cette fin un certain nombre d’associations étudiantes ou «clubs» de campus, dont un à l’Université de Toronto. Cette Men's Issues Awareness Association a organisé sur le campus un meeting public mettant en vedette Warren Farrell* le 16 novembre dernier.

Farrell est un apologiste des «droits des hommes» qui se targue d’avoir déjà été un «féministe» reconnu pour agir comme porte-parole intellectuel du mouvement masculiniste. Il est le porte-parole dont s’autorisent les masculinistes pour réciter des arguments du style Charles Murray et sa «Bell Curve», des arguments qui de toute évidence faussent et utilisent de façon abusive des statistiques et des références anecdotiques et historiques pour défendre des notions clairement spécieuses et anhistoriques pour nier l’existence du patriarcat, aussi bien par le passé qu’aujourd’hui.

Ce meeting a été contesté par un groupe d’activistes et de féministes de l’Université de Toronto et de féministes qui se sont objectés à Farrell et à la présence des masculinistes sur le campus. Il en a résulté une intervention du service de police de l’Université et de la police de Toronto pour démanteler la manifestation, lorsque les protestataires ont tenté d’empêcher l’accès à l’événement. Cette manifestation, qui n’a entraîné aucune poursuite pénale, a toutefois donné lieu à des accusations de brutalité policière. Elle a également conduit, en partie, à une déclaration faite par le Prévôt de l’U de T qui a prétendu, de façon assez hypocrite, que «la perturbation de cet événement par les protestataires constituait une menace pour la liberté d’expression». Bien que l’on puisse, évidemment, faire valoir que le fait de troubler des événements et la désobéissance civile sont également un élément fondamental de la liberté d’expression et de la lutte historique contre l’injustice, un fait que les administrations des universités semblent périodiquement ignorer, il faut en outre signaler que ce communiqué est émis par une administration universitaire dont la prétendue dévotion à la «liberté d’expression» est si grande que, pendant les manifestations contre le G20, elle a embauché un détective privé dont les signalements de «gens de l’extérieur de l’édifice de l’association étudiante portant une “tenue de Black Bloc”» a conduit à ce que l’on sait maintenant avoir été l’un des pires épisodes illégaux d’arrestation illégale de masse et de détention pendant tout le week-end du G20 (

Après cette action par des étudiantes et étudiants de l’U de T, un certain nombre d’activistes de la communauté universitaire m’ont décrit un autre incident survenu le 6 décembre, à l’occasion d’un rassemblement d’étudiant·e·s sur le campus en honneur à la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes et aux enfants; une date choisie parce que c’est l’anniversaire de cas le plus célèbre au Canada de violence misogyne et antiféministe, le massacre perpétré à l’École Polytechnique de Montréal. Alors que cet événement commémoratif tirait à sa fin, un masculiniste a agressivement réclamé d’être autorisé à faire une déclaration, alors qu’un autre a été vu photographiant les participant·e·s.

Dans les jours qui ont suivi ces affrontements, les choses ont bien empiré, d’une manière qui mérite d’être signalée et qui dément les prétentions frauduleuses de la CAFE et de son rejeton sur le campus torontois, lorsqu’ils disent vouloir seulement discuter de «questions de genre» et d’«équité» et que ils ne sont pas un groupe antiféministe ou misogyne.

Un site Web créé aux États-Unis, A Voice for Men (, réputé pour ses attaques vitrioliques contre les féministes et pour son langage et sa rhétorique extrêmes, a commencé à cibler des femmes et des militant·e·s individuel·le·s dans la communauté de l’Université de Toronto au moyen de messages Internet épouvantablement agressifs pour les désigner individuellement à des fins de «correction».

Ces messages ont maintenant pris de l’ampleur pour inclure au moins quatre étudiantes et se trouvent tous sur leur page d’accueil. Ils comprennent des commentaires personnels désobligeants, des photographies de femmes en question, et des propos menaçants. Les responsables du site semblent y ajouter des militantes de l’U de T sur une base quasi quotidienne.

De plus, ils ont ajouté quelques-uns de ces noms de militantes sur le désolant site Web misogyne, Ce site prétend se consacrer à la «dénonciation» de prétendues violeuses et de femmes accusées de s’être livrées à des accusations de viol qui se sont finalement révélées fausses. Le très petit nombre des prétendues délinquantes effectivement répertoriées sur ce site confirme simplement une fois de plus qu’il n’y a là aucun problème social d'ampleur significatif. En fait, les statistiques démontrent que 97% des délinquants sexuels sont des hommes, et un site équivalent qui énumérerait les noms d’hommes à avoir commis des viols en Amérique du Nord ou à avoir faussement déclaré qu'une femme mentait à propos d’un viol inclurait des millions de noms et serait incroyablement plus fourni. Le fait que ce site masculiniste sert actuellement surtout de véhicule pour accabler de mépris et d'humiliation les femmes qui sont ses adversaires démontre le caractère spécieux de ses allégations et son objectif réel.

La CAFE, dans un article ridiculement contradictoire et hypocrite (, a tenté à la fois de se distancier du site A Voice for Men et de prétendre que les critiques de leurs écrits péchaient par «citation sélective». C’est une accusation risible compte tenu du fait que leur article établit lui-même un lien avec le site A Voice for Men et signale donc lui-même à ses membres et partisans les messages qui nomment et attaquent des militantes particulières.

Étant donné qu’un site comme A Voice for Men, basé aux États-Unis, relaie autant de détails et met à ce point l’accent sur des militantes féministes de l’U de T, il est assez difficile de croire que les responsables de ce site ne sont pas, à tout le moins, alimentés en information par les militants masculinistes de l’U de T. En outre, l’un des messages ( est cosigné par «Agent Mauve» et par «Paul Elam». Elam est un leader reconnu au sein de l’aile extrémiste et haineuse du mouvement d’extrême-droite masculiniste états-unien. Mais comme il vit à Houston, au Texas, il est clair que le véritable auteur de ce message doit être «Agent Mauve». On ne peut que souligner l’ironie du fait qu’une personne aussi dédié à «dévoiler» des personnes soit trop lâche pour donner sa véritable identité, évidemment pour éviter toutes conséquences juridiques ou personnelles au Canada.

La CAFE a de bonnes raisons de craindre d’être «citée sélectivement». Un examen même superficiel de la rhétorique et des assertions figurant sur ces sites Web révèle rapidement leur misogynie pure et simple.

A Voice for Men a très récemment publié des articles tels que «Marc Lepine is a feminist hero»(, «Manufacturing female victims, marginalizing vulnerable men» (, «Child abuse in the name of feminism» ( et beaucoup, beaucoup d’autres. On n’a même pas besoin de passer aux commentaires ou aux forums de discussion de ses cites, ou à explorer «sélectivement» leurs archives, pour trouver des exemples clairs de la misogynie de ce site. Quand on le fait, on constate une amplification de leur vitriol et d’une propagande haineuse violente.

Quant aux forums de discussion de divers groupes masculinistes, des forums qu’ils pensent sans doute hors de vue, les choses sont bien pires, une question à laquelle que je reviendrai dans un article ultérieur.

N’importe qui peut consulter les forums de discussion d’A Voice for Men ( pour y vérifier une colère palpable et une haine envers les femmes et les féministes.

Pour ne citer qu’un autre exemple, il suffit de voir le forum suivant ( sur le site Web Men's Rights Online, au sujet de mon article d’octobre, pour avoir une idée de ce que sont les masculinistes quand ils croient que personne ne les regarde (et soyez averti·e·s que l’imagerie et le contenu de cette page sont extrêmement choquants). L’ironie est qu’ils sont encore beaucoup plus violents lorsqu’ils parlent de leurs adversaires féminines. Et c’est loin d’être le pire de leurs forums de commentaires.

Comme la CAFE non seulement ne renie pas ces sites, mais établit des liens vers A Voice for Men et d’autres, ils ne peuvent honnêtement prétendre ne pas les approuver.

Le prévôt de l’Université de Toronto déclare : «Nous allons continuer à surveiller et à étudier cette situation. Il est important que tous les membres de notre communauté puissent exprimer leurs opinions d’une manière civile et respectueuse, sans crainte, quelle que soit la position qu’ils prennent sur cette ligne de division ou une autre.» Mais cette réaction est malavisée.

Comme tant d’autres déclarations libérales, apparemment soucieuses de «liberté d’expression», elle accorde un poids égal aux deux camps, comme s’il s’agissait d’un «débat». Ce faisant, la déclaration a pour effet de légitimer le mouvement masculiniste, de la même manière que les médias américains accordent une légitimité aux tenants du créationnisme quand ils leur accordent du temps d’antenne.

Le mouvement des «droits des hommes» est un mouvement haineux organisé, décidé et croissant qui constitue un ressac explicite et d’orientation violente contre les femmes et le féminisme. Il n’est comparable d’aucune manière au mouvement féministe et ne peut aucunement lui être opposé comme contre-argument légitime dans un environnement universitaire. C’est une réalité à laquelle doivent s’éveiller le corps enseignant, l’administration et le personnel de nos universités avant qu’il ne soit trop tard.

Mise à jour (14/12/12): Dans les heures qui ont suivi la première publication de cet article, l’un des articles liés ci-dessus, a été modifié par A Voice for Men, qui ont également supprimé le nom de Paul Elam comme son co-auteur, avec «Agent Mauve ». On trouvera ici ( une capture d’écran permettant de vérifier que cet article avait bel et bien été présenté sous leurs deux plumes.

Version originale de cet article : «The Men’s Rights Movement, CAFE and the University of Totonto»,

Friday, December 14, 2012

The Men's Rights Movement, CAFE & the University of Toronto

The Canadian Association for Equality (CAFE) and one of its spawns in the campus based Men's Issues Awareness Group movement have arrived at the University of Toronto with  a bang; and a campaign of overt intimidation against those who oppose them.

CAFE, as I have previously written about at some length, is the front group that presents the public and ostensibly less extreme face of the Men's Rights Movement (also known as the Men's Rights Advocacy or MRA) in Canada. As I noted in the article they have made on-campus recruitment a major thrust of their overall strategy.

In furtherance of this aim, they have set up a number of campus clubs including one at the University of Toronto. The Men's Issues Awareness group held a public event on campus that featured Warren Farrell* on November 16th.

Farell is a Men's Rights apologist who touts his former "feminist" credentials to act as the intellectual spokesperson of the MRA. He is the point person they trot out to to make Charles Murray, Bell Curve style arguments that obviously distort and misuse statistics, anecdotal evidence  and historical evidence in defense of what are transparently specious and ahistorical notions that patriarchy is a myth not only now, but even in the past.

This event was protested by a group of University of Toronto activists and feminists who objected to Farrell's and the MRA's presence on campus. This resulted in the campus police and the Toronto police ultimately breaking up the protest, as protesters attempted to block access to the event. This protest, which has not lead to any actual charges, has lead to accusations of police brutality. It has also led, in part,  to a statement by the Provost of U of T stating, rather disingenuously, that "the disruption of this event by protesters was a threat to free speech". While obviously, one might note, disrupting events and civil disobedience are also a fundamental part of free speech and of the historic fight against injustice, a fact the administrations of universities seem to regularly disregard, it should additionally be noted that this is a statement issued by a university administration whose alleged devotion to "free speech" was so great that, during the G20 protests they hired a private investigator whose reports of "people outside of the GSU building wearing “Black Bloc attire"" led to what is now known to be one of the worst unlawful episodes of mass false arrest and detention during the entire G20 weekend.

After this action by U of T students, a number of activists within the U of T community have described to me another incident on December 6th, as students gathered on campus to honour the National Day of Remembrance and Action on Violence Against Women and Children; a date chosen as it is the anniversary of Canada's most notorious case of misogynist and anti-feminist violence, the Montreal Massacre. As this remembrance event drew to a close an MRA member aggressively demanded to be allowed to make a statement, while another was seen photographing participants.

In the days since this, matters have gotten significantly worse, in a way that deserves notice and that exposes the fraudulent claims by CAFE, and their on campus offspring,  that they are only interested in discussing "gender issues" and "fairness" and that they are not an anti-feminist or misogynist group.

An American based website, A Voice for Men, notorious for its vitriolic attacks on feminists and its extreme language and rhetoric, has begun to target individual women and activists in the U of T community with appalling and aggressive web posts singling them out for "discipline".

These posts now have broadened to include at least four students and can all be found on their main page. They include derogatory personal comments, photographs of the women in question, and threatening language. They seem to be adding female U of T activists to this front page almost daily.

In addition they have added some of the activist's names to the reprehensibly misogynist website,  This is a website allegedly devoted to "exposing" female rapists and women who have laid charges of rape which turned out to be false. The minuscule number of women offenders actually listed on the site simply reconfirms that neither of these notions are a significant social issue. In fact, 97% of sex offenders are male, and a similar site devoted to listing the names of North American men who had either committed rape or had falsely stated that a woman was lying about rape would include millions of names and be inconceivably larger in scope. That the website is now primarily a vehicle for heaping scorn and humiliation on its female opponents shows just how specious the website's claims are and what its real purpose is.

CAFE, in a ridiculously self-contradictory and disingenuous article has attempted to both distance itself from the A Voice for Men website and state that its critics are "quote mining". This is a humorous accusation given that the article itself links to the A Voice for Men website, and clearly, thereby, brings these posts naming and attacking specific activists to the attention of their members and followers. 

Given that the A Voice for Men website is in the United States, and given the details that they know about and prominence that they are giving to the U of T feminist activists, it seems rather difficult to believe that they are not being, at the very least, fed information by U of T's men's rights activists. In addition, one of the posts is co-written by "Agent Mauve" and Paul Elam. Paul Elam is a well established leader within the far right American Men's Rights extremist and hate wing. Given that he lives in Houston, Texas, however, it is clear that "Agent Mauve" is likely the real author. One can only point out the irony that someone so dedicated to "exposing" individuals is too much of a coward to say who they really are, as obviously they wish to avoid any legal or personal ramifications in Canada.

CAFE has good reason to fear "quote mining". Even a cursory examination of these websites, their rhetoric and their statements rapidly exposes outright misogyny.

A Voice for Men has very recently published articles like "Marc Lepine is a Feminist Hero", "Manufacturing female victims, marginalizing vulnerable men", "Child abuse in the name of feminism" , and many, many more. One need not even get to the comments or discussion boards, or "mine" their archives, to find clear examples of how misogynist this website is. When one does the vitriol and violent hate speech are only amplified.

Once one gets into the discussion boards or various Men's Rights groups, forums that they likely think are out-of-sight, matters are much worse, an issue that I will return to in a later article.

Anyone can look through the A Voice for Men discussion boards to see palpable anger and hatred towards women and feminists.

As just one other example, one need only see this forum, regarding my article in October, to get an immediate idea of what the MRA is about when it thinks no one is looking (and a warning, the imagery and content of this page is extremely offensive). The irony is, they are far more abusive than this when discussing their female opponents. This is not, by any stretch, the worst of their comment boards.

As CAFE not only does not disavow these sites, but links to A Voice for Men, among others, they cannot honestly claim not to endorse them.

The U of T Provost states "We will continue to monitor and review this situation.  It is important that all members of our community can express their views in a civil and respectful manner, without fear, regardless of which position they take on this or other divides." But this is a wrongheaded response.

As with so many liberal, seemingly "free speech" oriented statements, it gives equivalency to both sides as if this is a "debate". By doing so, the statement, in fact, legitimizes the Men's Rights Movement, in the same way that the American media legitimizes creationists by giving them air time.

The Men's Rights Movement is an organized, dedicated and growing hate movement that constitutes an explicit and violently oriented backlash against women and feminism. It is not akin, in anyway to the feminist movement and is not, somehow, a legitimate counterpoint to it in an academic environment. Faculty, administrators and staff had best wake up to this reality before it is too late.

Update 12/14/12: In the hours since this article was first posted, one of the articles linked to above, has been altered by A Voice for Men and they have deleted Paul Elam as the co-author with "Agent Mauve". A screenshot verifying that this article was originally stated as having been co-authored can be found here.

Mensonges patriarcaux: Le mouvement des «droits des hommes» et sa misogynie sur nos campus

Translated by fellow activist  Martin Dufresne. It is truly appreciated. 

J’ai rencontré le mouvement masculiniste canadien (dit des «droits des hommes») en personne lors de mon passage à Peterborough (Ontario) en novembre dernier.

Je m’y étais rendu avec quelques amis et collègues, partant de Toronto tôt le matin pour assister à l’assemblée décisionnelle des politiques du Parti socialiste de l’Ontario, qui se tenait à l’Université Trent. Nous y attendait la panoplie habituelle d’affiches qui constellent les couloirs de n’importe quelle université, dont des dizaines d’affiches pour une nouvelle organisation présente sur le campus : l’«Association de sensibilisation aux problèmes des hommes».

Ces affiches étaient simplistes d’allure et de contenu. On y lançait diverses allégations, totalement hors contexte, qui, pour faire court, tentaient de démontrer que non seulement les femmes n’étaient plus victimes de la moindre inégalité systémique, mais aussi que la discrimination avait maintenant changé de camp, que c’étaient les problèmes des hommes qui étaient «ignorés» et que c’étaient maintenant les hommes qui subissaient prétendument de la discrimination. On alléguait même que cette «discrimination» était tenue pour négligeable en raison de l’influence du féminisme dans notre société.

Ces prétentions sont bien sûr absurdes, un point sur lequel je reviendrai. Cependant, leur stupidité elle-même a eu pour effet de m’amener à prendre à la légère les groupes à l’origine de cette campagne d’affichage. C’est une erreur. Le «mouvement des droits des hommes» doit être pris très au sérieux, et bon nombre de ses adeptes et de ses principes sont très dangereux.

La Canadian Association for Equality

L’organisation qui téléguide ce genre de campagne menée sur les campus est la Canadian Association for Equality (CAFE). La CAFE est un groupe intéressant qui mérite un examen plus approfondi. Ils mènent depuis quelque temps une campagne agressive de recrutement sur les campus et affichent déjà plusieurs associations affiliées dans des universités canadiennes.

Le principe de base de la CAFE est très simple : c’est que les hommes se heurtent aujourd’hui à des obstacles réels et fondamentaux à «l’égalité» et que les hommes sont tout autant que les femmes empêchés de participer pleinement à la société. Spécifiquement, la CAFE prétend que cela est dû à la «misandrie», qu’ils allèguent être l’équivalent de la misogynie. On comprendra que cette misandrie est la prétendue «haine» à l’égard des hommes qui serait en train de devenir courante dans notre société.

CAFE se présente sous un jour non extrémiste. Elle se dit favorable à la mouvance LGBT et nous assure que son mandat est de «réaliser l’égalité pour tous les Canadiens – hommes, femmes, filles et garçons». Elle affirme ne pas s’opposer au féminisme, en tant que tel, mais dit plutôt «avoir l’impression que la population doit être informée de l’existence et du détail des Problèmes des Hommes et du fait que ces problèmes ne sont pas isolés, mais plutôt reliés entre eux et faisant partie intégrante d’un vaste pattern social de discrimination, d’ignorance et de politiques sociales nuisibles qui de bien des façons désavantagent les garçons et les hommes».

En d’autres termes, les hommes seraient victimes de discrimination, eux aussi.

Cette organisation ne ménage pas ses efforts pour se présenter comme incluant également des femmes. Ils ont des vidéos de conférencières, ont donné la parole lors de leurs activités publiques à des «lumières» comme Barbara Kay du National Post, et leur liste d’«Advisory Fellows» inclut deux femmes, y compris, apparemment, une «chargée de cours et coordonnatrice de recherche» au Département de sociologie de l’Université de Trent, dont le «travail a débuté par une exploration du “trouble” psychologique de dysmorphie musculaire, qu’elle a reconceptualisé comme une exploration sociologique de la connexion entre la masculinité et la muscularité».

Mais même dans cette tentative on ne peut plus « grand public » de recruter des hommes et des femmes sur les campus, les mensonges et les distorsions font immédiatement surface.

La CAFE, dont la principale activité est l’activisme en milieu universitaire, a un «bulletin» que l’on peut télécharger pour distribution à ses camarades de classe.

On y trouve diverses affirmations, dont certaines particulièrement absurdes, des commentaires du genre «En dehors de quelques magazines traitant de santé et de bonne forme physique masculine, il n’existe pas grand-chose en termes de sensibilisation à la santé des hommes. Tout le monde semble avoir dans sa vie des hommes qui éprouvent des problèmes de santé. Mais bien peu semblent disposer d’outils et de connaissances quand il s’agit de relever les défis liés à la santé des hommes.» Ceci est apparemment dû au fait que les hommes travaillent très dur à des travaux que les femmes ne sont pas censés exercer, comme ils le prétendent ensuite.

Le problème est que ces enjeux ont en fait été longuement étudiés (et oui, les gars, il existe de nombreux magazines et publications entièrement consacrées à la santé des hommes) et que des mouvements entiers, tels le mouvement syndical, ont été fondés pour aborder ces questions et pour lutter au nom de ces hommes prétendument «oubliés». En d’autres termes, il s’agit d’enjeux qui n’ont rien à voir avec le sexe, mais plutôt avec la classe et les conditions de travail. Si la CAFE se souciait réellement de meilleures conditions de travail pour les travailleurs de sexe masculin, elle les encouragerait à adhérer à des syndicats et à une fédération syndicale comme le Congrès du travail du Canada.

Certaines prétentions sont encore plus spécieuses. Ce bulletin insiste beaucoup – et c’est un thème auquel l’organisation revient encore et encore dans sa propagande – sur un prétendu «écart de suicide» censé démontrer que les hommes font face à de plus grandes pressions sociales que les femmes. On écrit ainsi que «les hommes se tuent trois fois plus souvent que les femmes dans toutes les catégories d’âge, mais le taux de suicide est particulièrement élevé pour les hommes dans l’adolescence et dans la vingtaine».

Cette statistique est vraie mais elle semble beaucoup moins révélatrice d’un système lorsqu’on se rend compte que, selon l’Association canadienne de santé mentale, «les femmes font cependant 3 à 4 fois plus de tentatives de suicide que les hommes, et leur taux d’hospitalisation dans les hôpitaux généraux pour tentative de suicide est 1,5 fois celui des hommes. Des recherches indiquent une corrélation significative entre les antécédents d’abus sexuels et le nombre de tentatives de suicide faites au cours d’une vie, et cette corrélation est deux fois plus forte pour les femmes que pour les hommes. »

Comme pour beaucoup d’autres de leurs prétentions, c’est une distorsion.

Ils affirment également, avec une certaine hypocrisie, que les garçons souffrent plus d’intimidation que les filles. Ils en citent pour preuve l’Étude sur la sécurité à l’école menée par l’Association canadienne de santé publique (ACSP).

Pourtant, quand on lit cette étude, elle relate tout à fait autre chose que ce qu’en dit la CAFE.

Pour ce qui est du harcèlement des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenre (LBGT), «en termes de proportions, les garçons étaient significativement plus susceptibles que les filles de subir cette forme de harcèlement, et ils identifiaient des groupes d’autres garçons comme les agresseurs dans la plupart des cas. Les groupes de garçons étaient aussi plus susceptibles de victimiser les filles de cette manière, même si les victimes de sexe féminin signalaient que les agresseurs étaient d’autre filles dans le quart des cas.»

En outre, cette étude nous apprend que «un élève sur treize a déclaré avoir subi environ une fois par semaine à l’école une remarque désagréable ou grossière à propos de son corps. Dans la majorité de ces incidents, les garçons ont été identifiés comme étant les agresseurs des victimes masculines et féminines, et les jeunes filles ont été beaucoup plus nombreuses que les garçons à signaler des cas de harcèlement.»

Franchement, ces données modifient complètement l’allure de leur «exposé». La réalité est, comme nous le savons toutes et tous, que les hommes et les garçons sont les agresseurs dans l’immense majorité de ces incidents d’intimidation.

Et, à ce titre, ce problème en demeure un de violence et d’agression par des hommes et des garçons dans un régime patriarcal, un problème qui relève bien peu des femmes, sinon qu’elles en sont les principales victimes!

De plus, le fait que des garçons et des hommes sont les victimes de la violence des garçons et des hommes ne veut pas dire qu’ils sont victimes de quoi que ce soit d’autre que de l’agression masculine et des notions patriarcales de ce qui constitue la sexualité masculine.

Les gens de la CAFE minimisent également l’importance de l’inégalité des femmes en général. Ils lancent des allégations sur la montée des femmes dans les universités et les professions libérales, mais ne disent rien du fait que les femmes continuent de gagner, lorsqu’elles sont salariées à temps plein, près de 30 pour cent de moins que les hommes dans leur ensemble, et qu’elles gagnent moins de l’heure pour des emplois comparables dans presque toutes les professions étudiées au Canada.

Les clones de la CAFE

Alors que la CAFE joue le rôle de façade «modérée» pour l’activisme des «droits des hommes», les groupes qui en émanent ne mettent pas de gants. Ces organisations se montrent carrément extrémistes et anti-femmes, se servant des affiches et de la propagande que nous avons vues à Peterborough, et que la CAFE prend bien soin de ne pas afficher sur son site.

Le groupe Toronto Men’s Meetup est plus révélateur de ce dont il retourne en réalité.

Dès les premières lignes de la page d’accueil de leur site*, ils mentent avec des assertions comme, «Les hommes et les femmes s’infligent la violence conjugale à des taux à peu près égaux (pour chaque niveau de gravité), et pourtant il n’existe qu’un refuge destiné aux hommes dans tout le Canada.»

Cet argument fonctionne bien au plan de la propagande, mais il est faux. En fait, bien sûr, la violence masculine contre les femmes est considérablement plus élevée, et, comme le prouve Statistique Canada, au niveau ultime de «gravité», à savoir le meurtre, les hommes tuent leurs partenaires féminines à un taux bien supérieur à deux fois l’inverse.

Mais même à de faibles «niveaux de gravité», ce que les masculinistes affirment est tout simplement faux. Comme l’a indiqué Statistique Canada dans une étude toute récente, publiée en mai dernier: «Lorsqu’on examine les taux, on constate que le risque d’être victime d’une affaire de violence familiale déclarée par la police était plus du double chez les filles et les femmes que chez les garçons et les hommes (407 pour 100 000 par rapport à 180 pour 100 000). Ce risque accru chez les filles et les femmes s’appliquait quel que soit l’âge, mais il était plus marqué chez celles qui avaient entre 25 et 34 ans (graphique 1.3). Les femmes de ce groupe d’âge étaient plus de trois fois plus susceptibles que les hommes du même âge d’être victimes de violence familiale (709 pour 100 000 par rapport à 216 pour 100 000 habitants). Le risque accru de violence familiale chez les personnes de sexe féminin peut s’expliquer en majeure partie par leur représentation plus élevée parmi les victimes de violence conjugale. Les femmes de 15 ans et plus constituaient 81 % de toutes les victimes de violence conjugale.»(1)

En outre, quand il s’agit de violence sexuelle, il n’y a tout simplement aucune comparaison. Selon Statistique Canada, «lorsque l’on examine les types particuliers d’infractions sexuelles, les données de la police indiquent que les différences dans les taux de victimisation entre les femmes et les hommes étaient également importantes pour toutes les catégories d’agression sexuelle.» En outre, «Bien qu’un nombre disproportionné de femmes soient les victimes d’infractions sexuelles, c’est aussi un nombre disproportionné d’hommes qui sont les auteurs présumés. Selon les données déclarées par la police en 2007, 97 % des auteurs présumés d’une infraction sexuelle étaient de sexe masculin, ce qui est supérieur à la représentation des personnes de sexe masculin parmi les auteurs présumés dans tous les autres types de crimes violents (78 %). »(2) En d’autres termes, les femmes et les filles sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes d’agression sexuelle, et même lorsque les hommes et les garçons sont les victimes, ils sont en très grande majorité victimes d’autres hommes.

Les masculinistes ajoutent à leurs prétentions des sophismes comme celui-ci: « Alors que la mutilation génitale féminine est considérée comme une violation des droits humains par les Nations Unies, la mutilation génitale masculine est appuyée par des médecins et des éthiciens et elle est souvent la base de moqueries à la télévision ». Mais cela aussi est faux. Quoi qu’on puisse penser de la circoncision, elle est, elle aussi, un effet du patriarcat et de traditions et rituels sociaux et religieux masculins. En faire l’équivalent de la mutilation génitale féminine est tout simplement absurde.

Autre exemple : une émanation vancouvéroise de la CAFE offre sur son site Web des affiches à télécharger – également présentes sur d’autres sites Web masculinistes – pour suggérer que la culture pro-viol est un mythe (malgré les preuves du contraire, dont témoignent les statistiques précitées). Elles sont regroupées sous le slogan «Commencez-vous à en avoir assez de cette merde?» (Had Enough of this Shit Yet?) . Ils affirment également que les hommes sont plus susceptibles d’être victimes de violence, de façon générale, sans, bien sûr, spécifier qu’ils sont susceptibles de l’être en raison des actions des autres hommes. En fait, comme nous l’avons vu, 78 pour cent de tous les crimes violents sont commis par des hommes.

Ce sont des exemples de l’idéologie de la CAFE en action.

Injustice systémique et oppression factice

Le mouvement des droits des hommes se montre astucieux dans ses choix de propagande puisque faire appel au sentiment d’une injustice constitue toujours un bon point de départ. C’est un choix habile que d’affirmer que les hommes font face à la même adversité que les femmes et que cette adversité est passée sous silence, même si c’est un mensonge. Cet argument facilite le recrutement d’hommes – et de certaines femmes – qui manquent d’un point de vue historique et social plus général sur la vraie nature du patriarcat. Leur posture me rappelle beaucoup celle des Blancs qui hurlent au «racisme à l’envers» face aux tentatives pour remédier à des siècles de discrimination systémique à l’endroit des gens de couleur vivant au Canada et des Autochtones et Premières nations du pays.

En réalité, il n’existe aucune commune mesure entre ce que vivent les femmes et les hommes en termes d’injustice sociale systémique. Dans le cas des hommes, il n’existe tout simplement pas d’injustice systémique. Nulle part. C’est une imposture totale. Ce qui existe réellement, ce sont les notions de pseudo-oppression et de victimisation factice, et elles offrent aux hommes une justification lorsqu’ils tentent de bloquer ou de combattre les idées de base du féminisme.

Cette attitude se résume à un effarement à l’idée de perdre le sentiment d’un droit perpétuel, pour citer l’historienne Stephanie Coontz qui écrivait récemment dans le New York Times : «Il y a cinquante ans, tous les mâles américains avait droit à ce que le sociologue RW Connell a appelé un “dividende patriarcal” – un programme durant toute leur vie d’action positive réservée aux hommes».

Elle poursuit en notant que: «La taille de ce dividende variait en fonction de l’origine ethnique et de la classe, mais tous les hommes pouvaient compter sur l’exclusion des femmes des emplois les plus convoités et des promotions dans leur secteur de travail, de sorte que pour un même nombre d’heures de travail, le diplômé masculin d’études secondaires gagnait plus que la diplômée moyenne de premier cycle. A la maison, le dividende patriarcal assurait au mari le droit de décider où vivrait la famille et de prendre à lui seul les décisions financières. Le privilège masculin avait même préséance sur le consentement des femmes aux rapports sexuels, de sorte que le viol conjugal n’était pas un crime.»

Le fait est que les hommes et les garçons grandissent encore dans une culture extrêmement imprégnée de l’idée qu’ils continuent à avoir droit à ce «dividende patriarcal». Si d’aucuns peuvent percevoir comme marginales des organisations comme la CAFE et d’autres groupes masculinistes, l’effet d’entraînement de leurs idées rétrogrades et réactionnaires rend la marge beaucoup plus large que ce que l’on peut vouloir croire.

La colère et une hostilité extraordinaire à l’égard des femmes et du féminisme est dangereusement répandue sur Internet. Il me semble même que c’est un phénomène croissant. La plupart d’entre nous ont entendu parler du harcèlement épouvantable imposé à l’analyste des médias Anita Sarkeesian. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg.

Les hommes, souvent enhardis par l’impression d’être en quelque sorte «radicaux», de «dire les vraies affaires» ou de combattre ce bon vieil épouvantail de la «rectitude politique», tentent agressivement de renvoyer au silence les femmes qui s’expriment sur des forums en ligne. Ils vont jusqu’à utiliser un langage misogyne, des propos humiliants et des menaces de violence d’une manière très inquiétante et, comme le reconnaîtra quiconque utilise Internet, étonnamment répandue.

En outre, ces commentaires manifestent une politique défensive plus acharnée que je n’en ai jamais vue de ma vie d’adulte, lorsque des femmes (ou, plus rarement, d’autres hommes) remettent en question ce qui semble être des «institutions» masculines comme la porno, la prostitution, l’objectivation de femmes socialement «attrayantes», etc. C’est non seulement vrai dans les milieux de droite, mais ce l’est également dans les idées et commentaires exprimés par beaucoup d’hommes soi-disant «progressistes». Ils s’indignent à l’idée que, par exemple, la sexualité qu’ils ont appris à embrasser pourrait être un instrument d’oppression sociale des femmes plutôt que simplement la «réalité» des choses et la «façon dont elles sont», comme ils ont toujours cru.

Mais loin d’être radicales, ces idées constituent un piétinement et même un retour complet à la misogynie et à l’attitude défensive des hommes que doivent affronter les femmes et le mouvement féministe depuis toujours. Ce n’est que maintenant où le mouvement des femmes a fait certains progrès que l’intensité de cette réaction s’aggrave et que les tyrans trouvent en Internet une chaire de taille sans précédent.

La réaction hostile au féminisme, à ses idées, à ses adeptes et à ses avancées existent depuis les débuts du mouvement des femmes. Les médias et la culture populaire n’ont cessé de chercher à émousser son tranchant radical à chaque étape.

C’est pourquoi nous devons tenir compte de la réémergence en ligne et sur nos campus d’un mouvement d’assertion des droits des hommes et de sa propagande. Ces activistes sont dangereux et les idées fausses qu’ils prônent risquent de séduire beaucoup de jeunes hommes dans nos universités. Elles peuvent même jeter les bases de la prochaine vague d’attaques apparemment incessantes contre la lutte féministe pour l’égalité des femmes.


Original: Lies our fathers told us: The men's rights movement and campus-based misogyny - 

Version française: Martin Dufresne

Paul Elam and Agent Mauve. Men's Rights Online

Thursday, December 13, 2012

Walmart's Killer rollbacks: The human cost of lower prices

Walmart is "so confident in our low prices, we guarantee them." And they are always reassuring us that their "Rollback low prices just got lower"

Ever wonder how they do it? We all know on a certain level how they do, even as so many of us shop there. They, as much of retail corporate North America has done, have sourced all of their purchasing from factories in the Third World that can produce certain goods more cheaply than they could be produced in North America, and that can do so with little to no regard for the lives of their workers. 

But this fixation on the bottom line is even more directly deadly and crass than many consumers would have assumed. It turns out that, when given the chance, Walmart directly refused to pay for a plan to make fire safety improvements in the factories that it gets its clothing from, as it would have cost them money. Money that might have meant an increase in prices on the products that the factories produce of a few pennies an item. Or that might have cut into Walmart's profits by the same amount had they chosen to keep the end prices to consumers the same.

As Bloomberg News revealed on December 5, 2012, minutes from a meeting in 2011 around plant safety in places like Bangladesh show that Walmart, and others, while well aware of the risks to the lives of the workers involved, refused to invest in factory safety. It unfolded this way:

Sridevi Kalavakolanu, a Wal-Mart director of ethical sourcing, told attendees the company wouldn’t share the cost, according to Ineke Zeldenrust, international coordinator for the Clean Clothes Campaign, who attended the gathering. Kalavakolanu and her counterpart at Gap reiterated their position in a report folded into the meeting minutes, obtained by Bloomberg News.

“Specifically to the issue of any corrections on electrical and fire safety, we are talking about 4,500 factories, and in most cases very extensive and costly modifications would need to be undertaken to some factories,” they said in the document. “It is not financially feasible for the brands to make such investments.” 
Now it is clear the predictable price in blood that was paid for this decision. On November 24, 2012, 112 workers died in an horrific factory fire in Bangladesh at the Tazreen Factory that produced garments for Walmart and other chains. Walmart has claimed that the factory was no longer "authorized" to produce garments for it, but it did, somehow, continue to do so, and documents that have come to light clearly show that "as recently as September, five of 14 production lines at the factory were making shirts and pajamas for Wal-Mart "

These workers died in appalling ways. Many jumped to their deaths from windows to avoid being burned alive. Others perished clustered together with no way out, as there were no emergency exits, and not enough exits for those numbers of people to escape a rapidly spreading conflagration. They would have burned to death or died of asphyxiation due to extreme heat or smoke.  Absolutely no consideration had been given to the safety of these people.

In 1960, 95% of the clothing purchased in the United States was made in the United States. Today the figure is 5%. The Canadian garment industry has seen a similar and equally dramatic decline in production.

Entire former garment districts of cities are now home to fancy loft style condos, offices and bars or restaurants.

Despite widespread belief to the contrary, it is not true that the United States does not produce anything anymore. In terms of the overall value of the goods it produces the US still leads the world and this value of total production has doubled since the mid-80's. Factories across the US produce many industrial and military goods, for example, that are highly valuable and that, for a variety of reasons, cannot be "outsourced" to the Third World. This is true in the food and beverage industries as well. The reasons range from national security, to the costs associated with and the availability of skilled labour, to quality control requirements, to obvious factors such as the proximity of factories in the food and beverage industries to farms and to markets. 

What is true, however, is that far fewer people are employed by the manufacturing sector; a sector whose often unionized workplaces meant higher wages. In fact the precipitous decline in the percentage of Americans working in  manufacturing over the last 20 years has as much, if not more to do with "efficiency" in production methods as it does with outsourcing. In other words, American factories can produce what they did a generation ago with significantly fewer workers. This is one of the reasons that employers have been able to put downward pressures on their manufacturing workforces' wages and benefits even in industries that remain largely within North America. There are many more people available to do fewer jobs.

But when it comes to garments and shoes specifically, and to other products that can be made in whole or in part with unskilled labour production has been almost entirely shifted to countries where the labour conditions are identical to those that existed in the "Dark Satanic Mills" of the industrial revolution in England. This has allowed the "rollback", disposable goods, consumerist model of North American retail; a model embodied by Walmart, but equally true of other major brands, chains and retailers.

It is not only true of the garment industry. An expose published in England in October detail the "living hell" that workers in "Communist" China endure to put the iPhone 5 in our pockets:

The horrific human cost of producing the phone has been exposed at Foxconn in Taiyuan, northern China by the Sunday Mirror. The investigation revealed that low-paid factory staff have been given targets of producing one gadget every 30 seconds, 1000 a day, or be sacked.

They said that the exhausting workload is so high that they are banned from talking to one another during production, and even have paid fines for visiting the toilet more than three times in the grueling shift hours.

The take-home salary adds up to just 230 pounds a month, the paper said. Humiliation begins at the factory gates, where workers have to walk through a barrage of metal detectors and are subjected to a full-body search, it added.

The horrors of the Triangle Shirtwaist Factory fire of 1911 in the United Sates, hauntingly similar as they are to what happened in Bangladesh just mere days ago helped to lead to the beginnings of real health and safety standards in American factories. Workers in many factories enjoyed relatively good wages and working conditions during the period of the great post-war "compromise", thanks to the struggles of unions and the pressures that this put on employers and governments. But with the growth of globalization and the rise of the middle-class consumerist culture in which "saving" money is a near spiritual belief, as is the overwhelming fixation of corporations on delivering returns to shareholders, even the lower wages and still often substandard working conditions in factories in North America with unskilled production lines became an obvious hindrance to the corporate urge to provide both profit and "cheap" prices.

It was not possible for retail chains and brands to recreate in North America the conditions of the Triangle Factory, so they did so in factories across the Third World. Out-of-reach of even the most inadequate health and safety standards of some US states, out-of-reach of the North American union movement, and, perhaps in many respects most importantly, out-of-sight-and-mind of the North American consumer. While images of their neighbours jumping to their deaths to avoid burning alive would likely cause an outcry, the direct hope is that, if this is happening far away, to people in countries that many would be unable to find on a map, consumers by-and-large simply won't care.

Given that, in spite of widespread awareness of Walmart's appalling workplace practices and the low wages in their stores in North America, there has been no discernible shift away from Walmart among consumers, there is little reason to think that the corporations are wrong.

Scott Nova, the executive director of the Workers Rights Consortium said in The Nation "“Walmart’s greed and arrogance appear to be boundless...This is a company that siphons billions in subsidies from US taxpayers, that has made billions in profits on the backs of Bangladeshi workers, then scoffs at the notion that it should be asked to pay one dime to protect those workers from dying in factory fires while they sew Walmart clothes.”

And Walmart will continue to scoff at it, until they, and others complicit in these workplace practices are forced to do otherwise.

While encouraging consumer boycotts of the worst corporate offenders can be one aspect of this, their impact is ultimately limited. The problem is, there are almost no retail or electronic consumer chains or corporations who do not abuse workers rights and are not complicit with these practices in the Third World. Buying goods manufactured in horrific factories at Target, Best Buy or Giant Tiger instead of Walmart accomplishes little.

In the end, allowing for free trade or the free flow of goods into Canada without regard for the conditions under which they are produced is the fundamental problem. We have to fight the entire notion of detaching consumption from morality, worker's rights and social justice. We have to take action to ensure that built into our trade with all countries is a support for the rights of workers in those countries; even if this means defying international trade organizations or abrogating trade agreements.

This will, without any doubt, mean higher prices on many consumer goods and a return to a less disposable consumer culture. But the alternative is to continue to treat the lives of tens-of-millions of people in other countries as disposable.